jeudi, décembre 28, 2006

Séance de court-métrages au Bistrok (squat Rhino) à Geneve


Cédric Le Borgne avec qui je suis en contact, m'a convié un soir au squat Rhino (où il loge) pour participer à une séance de projections de courts métrages.

Ce squat dont tous les médias en parlent, que je passe devant au moins deux à trois fois par semaine mais dont je ne soupçonne même pas la nature des activités qui y sont données. Mine de rien ce complexe accueille dans les septantaines de personnes. Une association a été crée en conséquence pour s'occuper des problèmes administratifs comme pour encaisser les loyers, payer les divers fournisseurs et créanciers.

Cédric m'a fait visité sa piaule, qu'il a eu parce que c'est vacant pour la période qui coïncide avec son séjour genevois. J'ai été présenté aux co-locataires de son appartement. La peinture des murs d'une des chambres a retenu mon attention. Faite de gribouillis mais le résultat est frappant car assez original. J'ai pas osé prendre une photo car je ne suis pas assez gonflé pour le faire et en plus c'est sombre.

Au programme une dizaine de courts métrages réalisés par des cinéastes comme vous et moi (car chacun peut venir avec sa réalisation), mais généralement des étudiants de l'Ecole des Beaux Arts.

En l'honneur de Cédric Le Borgne, ses tournages furent présentés en tout premier: "Viens m'embrasser" (tiré d'un journal intime, avec comme fond musical la musique du même nom de Juglio Eclesias) et "Le fauteuil".

"Le fauteuil" est une performance réalisée à Toulouse en février et mars 2001, qui consiste en tout et pour tout: un fauteuil et une vitrine. Une personne du public est invité à s'installer dans le fauteuil avec un stylo et un casque (pour écouter de la musique et créer une ambiance privilégiée). De l'autre côté de la vitre les passants. "Dedans" et "dehors" se communiquent ou non par tous les moyens: à travers les gestes, un morceau de papier sur lequel on s'écrit des messages ou l'indifférence (on voit un patineur passant et repassant à maintes reprises devant le fauteuil). C'est une expérience visuelle, sonore et interactive qui mènera "la personne dans le fauteuil" et "la personne dehors" dans un voyage intime, où ils le souhaitent.

En ce qui concerne les autres court-métrages, ce qui m'a le plus frappé en premier c'est que les cinéastes sont toutes des femmes et la plupart sont étudiantes de l'Ecole des Beaux Arts. La bouffe est un thème qui revient souvent. Dans "Dinnérotique" réalisé par Tamaïti Torlasco (à l'occasion de sa présentation de diplôme), le manger est réduit à sa simple expression sensuelle.

"Bouffe-moi" (de Amanda Cortés): style différent. En pleine nuit une femme se lève, et bouffe tout ce qu'elle trouve dans son frigo, casse tout puis s'enferme dans le frigo. Elle se ronge les ongles, s'étouffe à un certain moment, puis s'endort dans le frigo jusqu'au matin. L'équivalent de "La grande bouffe" en solitaire quoi.

"L'argent c'est mieux que Dieu" (Amanda Cortés): on assiste à une scène de quelqu'un qui bouffe des billets de mille francs suisses. L'histoire n'est pas que ça bien évidemment.

Cette soirée au Bistrok est intéressante du point de vue culturelle et sociale, plutôt relationnelle que culturelle. J'ai pu partager des points de vue intéressants et rencontrer beaucoup de gens sympas. On voit les films mais le virtuel et la réalité s'entrecroisent puisque les acteurs sont aussi présents à la séance. Des acteurs inconnus pour la plupart mais qui jouent leurs rôles à merveille.

Cool comme ambiance, quoique j'ai été à un certain moment, suffoqué par la fumée.

A gauche: après la projection un jeune accordéonniste nous fait écouter de la bonne musique.

Cette sortie m'a fait du bien pour changer d'esprit et me relâcher de mes tensions professionnelles de ces derniers jours. Discuter avec des interlocuteurs attentifs et ouverts au dialogue nous procure plus qu'une détente.

Donc pour ceux qui s'intéressent ce sont les jeudis ces courts métrages. A partir de l'année prochaine ce sera mardi, et la formule sera un court métrage avant le film. Profitez en avant que le squat ne se ferme pour des raisons que tout le monde sait.


Bistrok
24, bd des Philosophes
Genève /
Tél: 022 329 33 95

Libellés : , , ,

13 Commentaires:

Blogger Gaëna said...

Comme la vie se déroule bien pour toi, Lancelot... Le retour et de belles aventures. Je continue à visiter tes belles découvertes...
Bises!

jeudi, décembre 28, 2006 3:19:00 AM  
Blogger Muse said...

Te voilà lancé dans la vie culturelle genevoise, ce qui nous promet de beaux billets... Si 70 personnes y vivent je comprends la richesse du lieu.
Est-ce ouvert à tous?
Le nombre de places doit quand même être limité?

jeudi, décembre 28, 2006 9:56:00 AM  
Blogger Beo said...

La première fois que j'avais vu la corne rouge; ça m'avait impressionnée! Je travaille souvent par là autour, il me semble que j'avais vu un reportage à la télé grâce auquel j'avais compris les détails des squats suisses.

Tu m'as l'air d'avoir bien aimé ta soirée!

jeudi, décembre 28, 2006 10:53:00 AM  
Anonymous henri said...

Je suis un peu loin pour venir bien qu'en TGV, Genève est a coté ;-) Cela dit les ambiances de squatt me donne le bourdon, bien que j'en fréquente certains, surtout d'artistes, pour y prendre des clichés!

jeudi, décembre 28, 2006 11:55:00 AM  
Anonymous Elena said...

Ben tu vois, Lancelot, j'ai jamais été à Rhino bien que j'en ai entendu parlé beaucoup dans les journaux. Je croyais qu'ils avaient fermés...
Sympa ton petit compte-rendu et surtout un peu exotique pour les non-habitué des squatts !
Bonne journée !

jeudi, décembre 28, 2006 3:20:00 PM  
Blogger brigetoun said...

ou débrouillez vous pour connaître l'adresse du prochain squat

jeudi, décembre 28, 2006 8:19:00 PM  
Anonymous lancelot said...

@Gaëna
Merci pour ta visite. Bises.

jeudi, décembre 28, 2006 9:21:00 PM  
Anonymous lancelot said...

@Muse
Quand j'avais accepté ce boulot journalistique c'était aussi dans ce but.

Une association gère et défend les intérêts de ce squat. Je pense que toute personne voulant y rentrer doit quand même faire une demande.

jeudi, décembre 28, 2006 9:25:00 PM  
Anonymous lancelot said...

@Beo
Moi aussi ça m'avait impressionné.

T'as raison de penser que j'ai aimé cette soirée. Ca change de mes fréquentations habituelles.

jeudi, décembre 28, 2006 9:27:00 PM  
Anonymous lancelot said...

@Henri
C'est la 2è fois que tu te proposes de venir à Genève. Tu sais quoi Henri ? Je t'invites une fois c/o moi, tu y viens voir le jardin et on en profite pour faire des excursions nocturnes et photographiques. Tu pourrais aussi proposer à tes amies genevoises de venir une fois nous joindre.

jeudi, décembre 28, 2006 9:30:00 PM  
Anonymous lancelot said...

@Elena
C'est le but des reportages: informer et rendre l'exotisme à portée de tous.

jeudi, décembre 28, 2006 9:32:00 PM  
Anonymous lancelot said...

@Brigetoun
Avec la nomination d'un nouveau procureur à Genève les événements prennent une autre tournure, car ce squat est menacé de fermeture prochaine.

jeudi, décembre 28, 2006 9:40:00 PM  
Anonymous Syl said...

Voilà un endroit qui me semble fort sympa pour y passer un bon moment et visiblement cela a été le cas pour toi... Dommage que cela soit un peu loin pour moi

Bises,

Syl

vendredi, décembre 29, 2006 12:35:00 AM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home