samedi, mars 10, 2007

Communication dans les hopitaux, une histoire vraie

Vu l'état de sérieux dans la plupart des hôpitaux, cela peut arriver n'importe où !!! Une petite histoire qui nous fait réfléchir.

Ça se serait passé à la Clinique Saint-Pierre d'Ottignies (seuls les noms sont changés...)

Bonjour ! La réception ? J'aimerais avoir des nouvelles d'un patient qui se trouve chez vous. J'aurais souhaité connaître son état de santé, savoir s'il va mieux ou si son état de santé s'est aggravé.
- Quel est le nom du patient ?
- Il s'appelle Jean Dupont et il a été hospitalisé dans la chambre 302.
- Un instant je vous prie, je vous passe l'infirmière de service.

Après une longue attente :
- Bonjour, ici Françoise l'infirmière de service. Que puis-je pour vous?
- J'aimerais connaître l'état de santé du patient Jean Dupont de la chambre 302.
- Un instant je vais essayer de trouver le médecin de garde.

Après une plus longue attente encore :
- Ici le Dr. Dupont, médecin de garde, je vous écoute.
- Bonjour Docteur. Je voudrais savoir quel est l'état de santé de Monsieur Jean Dupont, qui se trouve chez vous depuis 3 semaines en chambre 302.
- Un instant, je vais consulter le dossier du patient.

Après encore une nouvelle attente relativement longue encore :
- Bon, d'après le rapport : il a bien mangé aujourd'hui, sa pression artérielle et son pouls sont stables. Il réagit bien aux médicaments prescrits et normalement on va lui enlever le monitoring cardiaque demain. Si tout continue comme ça encore 48 heures, son médecin signera sa sortie d'ici le week-end.
- Ah bon ! Ce sont des nouvelles merveilleuses ! Je suis fou de joie, merci.
- A vous entendre, je suppose que vous devez être quelqu'un de très proche, certainement de la famille ?
- Non, Docteur ! Je suis Jean Dupont et je vous appelle de la chambre 302. Tout le monde ici entre et sort de ma chambre et personne ne me dit foutrement rien ... Je voulais juste savoir comment je me porte ...

Libellés : ,

11 Commentaires:

Anonymous Sugus said...

Très drôle, très riche de sens!
Pourtant cette histoire ne devrait arriver dans aucun hôpital, aucun médecin ne divulguerait ainsi le contenu d'un dossier médical à un inconnu au téléphone, secret médical oblige! Il s'agirait même d'une faute grave. À un inconnu on dira des choses vagues du genre "il est peu bien et ne supporte aucune visite" ou "il va mieux, vous pouvez venir le voir", guère plus! Seule la famille a droit à être renseignée. Mais l'histoire est jolie :-)
Bon dimanche à tous!

dimanche, mars 11, 2007 9:15:00 AM  
Anonymous marie.l said...

histoire édifiante, mais une question : je sais que chez nous aucun renseignement sur l'état de santé d'un patient n'est donné par téléphone ! est-ce le cas en Suisse ? ou alors n'est-ce qu'une histoire drôle ?
Bon dimanche Lancelot

dimanche, mars 11, 2007 9:37:00 AM  
Anonymous henri said...

Quand tu n'as pas à faire toi même avec l'hôpital, c'est une histoire trop marrante!
Bon dimanche

dimanche, mars 11, 2007 9:37:00 AM  
Blogger brigetoun said...

très joli - et passablement vrai

dimanche, mars 11, 2007 9:45:00 AM  
Blogger Christophe Berget said...

hi hi, elle est bien bonne !!!! Je comprends que le patient est rusé, j'ai vécu cela l'année dernière.

dimanche, mars 11, 2007 9:47:00 AM  
Anonymous Syl said...

Sujet traité avec beaucoup d'humour mais malheureusement il est vrai que parfois c'est ainsi qu'il faudrait faire pour avoir des précisions sur son propre état de santé dans les hopitaux...

Bisous et bon dimanche, Syl

dimanche, mars 11, 2007 10:49:00 AM  
Blogger Dario chez les Helvètes said...

Ottignies, c'est en Belgique...

Normalement en Belgique les Dr ne divulguent pas ce genre d'infos au téléphone... mais bon tout est possible ;-)

Ca me rapelle un pote qui dans un resto, aillant marre d'attendre l'addition qu'il avait demandé depuis 20 minutes, a appelé le resto avec son telephone portable pour la demander ! ;-)

dimanche, mars 11, 2007 2:21:00 PM  
Anonymous Alex said...

excellent !
il faudrait plus de patient résistants comme ce Jean Dupond. Malheureusement les patients ont souvent d'autres chats à fouetter et se laissent faire...
Je dis cela avec d'autant moins de réserve que je connais bien les hôpitaux pour y passer probablement 3/5 de ma vie mais du côté du Docteur... enfin les hôpitaux frtançais mais cela ne change pas beaucoup de part et d'autre de la frontière hélvético française...
Vive la résistance, c'est signe de bonne santé !

dimanche, mars 11, 2007 7:53:00 PM  
Anonymous Alex said...

Des histoires comme celle là mériteraient de figurer dans un petit guide de survie à l'usage des patients hospitalisés... je vais y songer !
Merci Lancelot

dimanche, mars 11, 2007 7:54:00 PM  
Anonymous Tofsi said...

Pourquoi je n'ai aucune peine à y croire?!

Dario: ça m'est déjà arrivé de téléphoner au bistrot dans lequel j'étais depuis 15-20 min afin de passer ma commande!

dimanche, mars 11, 2007 8:22:00 PM  
Blogger Beo said...

Hihihi: tous les moyens sont bons pour avoir les renseignements NOUS concernant directement ;)

dimanche, mars 11, 2007 9:46:00 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home