jeudi, mars 08, 2007

JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FEMME . PENSONS AUX FEMMES ECRIVAINES ET DISSIDENTES PERSECUTEES AU VIET-NAM

Voici un message reçu de la Ligue vietnamienne des droits de l’homme en Suisse publié aujourd’hui sur les deux Websites Tribune des Droits Humains Genève et ProtectiOnline à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme. Le texte sera publié aussi dans certains journaux suisses romands, dont Tribune de Genève dès demain et dans les jours suivants.



7 mars 2007 - Hôpital psychiatrique pour BUI KIM THANH avocate et dissidente vietnamienne

Ligue vietnamienne des droits de l’Homme en Suisse - À Saigon, Mme Bui Kim Thanh (48 ans), avocate, a été si violemment tabassée par les policiers de sécurité chez elle que sa figure était tuméfiée et ses dents cassées. Elle a été agressée pour avoir défendu bénévolement de nombreuses pauvres paysannes du delta du Mékong qui voulaient enregistrer des plaintes contre des expropriations et des abus des cadres communistes.

Le 2 novembre 2006, la police a conduit la cyberdissidente à l’hôpital psychiatrique de Cho Quan. Après l’examen, les deux docteurs en service ont affirmé que Mme Bui Kim Thanh ne souffrait d’aucune maladie mentale. Les policiers l’ont alors emmenée à l’hôpital psychiatrique de Bien Hoa, au nord de Saigon. Elle y a été internée de force. Un traitement douteux lui a été imposée. Personne n’a rien pu savoir de sa condition mentale et physique depuis plus de trois mois, malgré les protestations d’Amnesty International, de Reporters sans Frontières et du PEN International.

Une autre avocate, Mme Lê Thi Công Nhân (28 ans) a été arrêtée et détenue sans inculpation maintes fois à cause de ses activités de défense des droits humains, dont ceux des travailleurs sans protection juridique et sociale. La cyberdissidente est membre du barreau de Hanoi (secrétaire des Relations internationales en 2005) et de l’Union Internationale des Avocats.

Toujours à Hanoi, pour avoir écrit sur des centaines de misérables paysannes spoliées du Fleuve Rouge, Mme Trân Khai Thanh Thuy (46 ans), enseignante, écrivaine et journaliste, a connu prisons et postes de police, durant de longues semaines d’interrogatoires. Dans un stade, elle a été livrée par la police au jugement "populaire" d’une foule qui l’a houspillée, accusée et humiliée. En présence des policiers, une autre foule hostile a déferlé sur sa maison. Elle et son mari y ont été battus brutalement.

Encore une autre enseignante et journaliste, rédactrice d’un magazine indépendant en ligne (illégale), Mme Duong Thi Xuân est soumise à d’incessants harcèlements et des menaces de la police. Ces honnêtes intellectuelles ont également été victimes des ‘accidents’ dans les rues de Hanoi provoqués par des individus inconnus et des policiers en civil. Toutes sont actuellement placées en résidence étroitement surveillée. Pour mémoire, les abus en psychiatrie pour intimider et torturer les dissidents en ex-Union Soviétique ou en Chine pendant la Révolution culturelle ont été dénoncés en Occident. De telles pratiques criminelles peuvent-elles encore être tolérées à la République Socialiste du Vietnam qui bénéficie d’une aide importante de la Suisse ?

En vérité, cet État membre de la Francophonie est bien connu pour la répression de la liberté d’expression et de la presse, la détention arbitraire des écrivains, poètes, journalistes, religieux ou simples citoyens accusés de délit d’opinion dans des camps de travaux forcés. Sans oublier le nombre exceptionnellement élevé de condamnés à mort exécutés au Vietnam (3ème place mondiale derrière la Chine et l’Iran). Et maintenant, l’hôpital psychiatrique pour faire taire, voire détruire mentalement et physiquement, les défenseuses et défenseurs des droits humains.

Le cas de Mme Bui Kim Thanh , parmi tant d’autres, en est une preuve irréfutable, un exemple triste, indigne et révoltant. En célébrant la Journée Internationale de la Femme, ayons une pensée de solidarité pour ces braves femmes vietnamiennes persécutées à cause de leur lutte très difficile en faveur de la justice sociale et des libertés fondamentales.

Dernières nouvelles : La police de sécurité a arrêté Mme Lê Thi Công Nhân et son collègue, M. Nguyên Van Dai , avocat et cyberdissident, à leurs domiciles dans la matinée du 6 mars 2007.


Nguyên Lê Nhân Quyên*
Ligue vietnamienne des droits de l’homme en Suisse
Case postale 333
1211 Genève 4
Courriel : LNQUYEN@infomaniak.ch


*: membre de l’Association indépendante des journalistes suisses CH-media et de l’Union Internationale de la Presse Francophone UPF.

Libellés : , ,

4 Commentaires:

Blogger Wictoria said...

Oui, n'oublions pas - jamais- celles qui mettent leur vie en danger pour autrui ! pensons-y aujourd'hui et tous les autres jours...

jeudi, mars 08, 2007 9:03:00 AM  
Blogger brigetoun said...

c'est bien de relayer - pour moi en tout cas j'ignorais

jeudi, mars 08, 2007 9:11:00 AM  
Blogger isa's memories said...

Un beau bonjour à toi Lancelot! Merci pour ce billet et de penser à nous! Isaxx

jeudi, mars 08, 2007 6:22:00 PM  
Anonymous lancelot said...

@Wictoria
Surtout que ce sont des femmes et que c'est la journée de la femme en plus !

@Brigetoun
Les blogs c'est aussi pour relayer des informations.

@Isa
Merci pour ton passage. Passe un agréable w/e.

vendredi, mars 09, 2007 11:12:00 AM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home