mardi, février 20, 2007

Extrait des Essais de Michel de Montaigne

"Les terres fertiles font les esprits infertiles."

"Il est impossible de faire concevoir à un homme naturellement aveugle qu'il ne voit pas."

"On nous apprend à vivre quand la vie est passée."

"Les choses ne sont pas si douloureuses ni difficiles d'elles-mêmes; mais notre faiblesse et lâcheté les font telles."

"La pauvreté des biens est facile à guérir, la pauvreté de l'âme, impossible."


"La jalousie est de toutes les maladies de l'esprit celle à qui le plus de choses servent d'aliment et le moins de choses de remède."

"De toutes les vanités, la plus vaine c’est l’homme."


"Une forte imagination produit l'événement."

"Si on cache une région du corps, c'est pour mieux attirer l'attention sur elle."

"Ce qui est hors des gonds de la coutume, on le croit hors des gonds de la raison."

"Ce n'est pas la mort que je crains, c'est de mourir."

"Ne faites donc pas comme l'avare, qui perd beaucoup pour ne vouloir rien perdre."

"Il est toujours plus plaisant de suivre que de guider."

"Les lois se maintiennent en crédit non parce qu'elles sont justes, mais parce qu'elles sont lois."

"Puisque je ne suis pas capable de choisir, je prends le choix d'autrui."

Libellés :

4 Commentaires:

Blogger brigetoun said...

serait-il dans l'air du temps ce cher homme ?

mardi, février 20, 2007 12:22:00 PM  
Anonymous Sugus said...

"Il est impossible de faire concevoir à un homme naturellement aveugle qu'il ne voit pas."

Sommes pareillement aveugles, nous ne percevons qu'une infime partie du Réel et même nous ne percevons rien du tout, la réalité "perçue" est construite par le cerveau. Mais comment concevoir cela puisque précisément c'est hors de notre champ de conscience?

mardi, février 20, 2007 4:01:00 PM  
Anonymous lancelot said...

@Brigetoun
C'est un clin d'oeil par rapport à ton récent billet.

@Sugus
Les philosophes ont l'art de secouer le cocotier. Ta réflexion est très pertinente.

mercredi, février 21, 2007 10:37:00 AM  
Anonymous Marc said...

A Montaigne (et son "Il est toujours plus plaisant de suivre que de guider."), Nietzsche a répondu "IL m'est odieux de suivre autant que de guider." Chacun appréciera
Montaigne, je ne sais pourquoi, je ne le relis jamais qu'en hiver de grand froid...

mercredi, février 21, 2007 7:37:00 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home